Depuis 2010, nous venons en soutien aux enfants atteints d’un cancer et à leurs familles.

Nous finançons également la recherche contre le cancer, et particulièrement contre la gliomatose cérébrale.

En cinq ans, nous avons collecté près de 200 000 €. FAIRE UN DON

Photo aérienne des membres de l'association formant le nom de Franck

Le cancer ne se fixe aucune limite.
Nous non plus !

Créée en 2010 par la famille et les amis du jeune Franck, 14 ans, décédé d'une gliomatose cérébrale, l'association s'investit au profit de la recherche sur le cancer chez les enfants mais aussi dans le soutien des familles touchées par cette maladie.

Notre action consiste à reverser 100% des dons collectés, principalement en organisant des sorties ludiques pour les enfants et leurs familles (zoos, parcs d’attraction...), en contribuant à l’amélioration des conditions hospitalières, mais aussi en soutenant financièrement les familles en difficulté.

13 Février 2016
Match SIG STRASBOURG / ORLÉANS

Vous étiez plus de 600 le 13 février sous les couleurs de l’association ! Un grand merci à Joseph Spittler du Rotary de Strasbourg ainsi qu’à Philippe Dulieu de la SIG Strasbourg pour l’organisation de cette soirée dédiée à notre association.

Merci à vous tous, bénévoles, familles, amis, supporters de la SIG, pour votre soutien et votre présence !

Envoyez-nous vos photos de la soirée sur asso [@] franck-unrayondesoleil.fr

L'histoire de Franck

Je suis né le 11 août 1995, deux grands frères m’attendaient avec impatience. Un 3ème footballeur... D’ailleurs ce sont eux qui ont choisi mon prénom. Très vite, j’ai appris à marcher (à 9 mois), à lire et à écrire ; je rentrai à l’école maternelle à deux ans. Mon parcours scolaire se passa très bien, j’adorais le foot et le cross. La dernière année de collège s’annonce, après ce sera le lycée...

Mais au cours de l’été 2009, plusieurs épisodes migraineux se succèdent. Je ne m'inquiète pas, il doit s'agir de la chaleur, d'insolations. Mi-septembre, ma mère insiste pour me faire passer une IRM. Effectivement, sur les images, apparaissent des "taches blanches" au niveau de mon cerveau. Ma mère est inquiète, mais du haut de mes 14 ans je lui dis "Je dois être trop intelligent"... rien que pour la rassurer. À ce moment, les médecins pensent à une inflammation du cerveau (Encéphalomyélite aiguë disséminée). Une ponction lombaire viendra écarter la sclérose en plaque. D'autres analyses écarteront les maladies génétiques. Les prises de sang, scanner, radio, IRM ne révèleront pas de cancer à ce moment là.

Après trois jours d'hospitalisation pour suivre un traitement à la cortisone qu'on m'injecte en intraveineuse, l'inflammation devait reculer. Cependant, mon état de santé continue de se dégrader (perte d’équilibre, nausées, mal de tête, incontinence). Encore une nouvelle cure de corticoïdes, rien. On tente les échanges plasmatiques. Peut-être que mes anticorps n'acceptent pas la cortisone. Plusieurs longues séances de plasmaphérèse n'y changent rien. Je suis toujours malade et mon état se dégrade. Je n’arrive plus à marcher seul, je tombe du lit, je ne sais plus me servir de l’ordinateur. Nouvelle ponction lombaire, rien. Le 2 décembre, je passe sous le PET SCAN, une sorte d'imagerie nucléaire. Mes frères posent des questions et le professeur laisse échapper un mot de sa bouche : "probablement une gliomatose".

Ce terrible diagnostic est confirmé à la mi-décembre par une biopsie. J'ai une gliomatose, un cancer cérébral d'origine indéterminée, qui m’emporte le 20 décembre 2009. Pendant mon hospitalisation, j'étais entouré jour et nuit par ma maman, par mes frères et mon papa qui se relayaient pour ne pas me laisser...

Calendrier de nos actions